Encore une évolution fascinante du web découverte par l'ouvre-boîte.

Les co-links permettent aux utilisateurs d'un site d'en modifier le contenu en y rajoutant des liens (plusieurs liens pouvant avoir comme source le même texte). Ce qui est intéressant, en tant que simple lecteur, c'est déja l'idée d'avoir plusieurs liens partant d'un même mot (typiquement, dans la partie de mon site consacrée à la SF, un lien partant d'un auteur vers chacun de ses livres, ce à quoi j'ai déja pensé depuis bien longtemps, mais que je n'ai jamais trouvé le courage d'implémenter). Mais là où le concept devient vraiment novateur, c'est lorsqu'il s'agit de rajouter des liens. Ca rappelle fortement les taxonomies, mais pas seulement. Si on considère chaque mot d'une page web comme un tag delicious, il est très facile, grâce à l'API delicious, d'aller fouiller dans ses propres liens (ou mieux encore dans ceux de la communauté) pour y débusquer tous les sites parlant de ce sujet précis.

C'est un peu ce que souhaite faire, je pense, Shelley Powers avec les TagBacks sauf qu'elle suit la démarche inverse : transformer chaque article en un noeud informationnel. Pourquoi ne pas plutôt transformer un outil de publication pour qu'automatiquement il transforme chaque mot en tag et essaye de l'exploiter dans delicious et/ou Flickr, pour extraire en quelque sorte le Zeitgest associé à ce mot (même si ça pourrait être très lourd en ressources, l'idée peut être intéressante : chaque page d'un site devient en quelque sorte un portail vers chacun des mots connus).via Nicolas Delsaux's posterous import script