Bon, c'est pas tous les jours que je parle de sexe. Mais c'est Vendredi, c'est permis ... Ah non, pardon, c'est Lundi, mais c'est permis aujourd'hui, parce que le sexe, c'est la vie.
Sur son excellent, formidable, magnifique, et très documenté, blog, Agnés Girard a retracé dernièrement une petite histoire des oeuvres pas forcément de bon goût et mêlant art et sexe (sinon, quel aurait été l'intérêt de ce titre ?).Ca n'est pas forcément de bon goût (c'est même parfois d'assez, voire de terriblement, mauvais goût). Je ne vous ferais pas l'insulte de vous expliquer à quoi ça sert, puisqu'après tout, c'est censé être de l'art, et n'avoir donc théoriquement aucun autre but que de permettre à l'artiste d'échapper à sa condition mortelle. Cela dit, je trouve ce catalogue de mauvais goût assez interpellant. Suffisamment, en tout cas, pour mériter de vous en parler. Maintenant, en ce qui concerne les interprétations, je vous laisse seul juge ... avec néanmoins un avertissement digne d'un syllogisme grec : la seule interprétation d'une oeuvre d'art qui ne tienne pas et n'ait aucun intérêt est, évidement, celle de l'artiste.