La semaine dernière, j'ai pas mal glosé sur Wikileaks et le combat actuel entre les anciens et les modernes.
Parmi ces modernes, j'en ai (re)trouvé un assez étonnant : Anonymous, ou plutôt Anon Ops, sa "branche" politique.Tout cela me rappelle plus que furieusement la Culture de Iain M Banks (voir également son site personnel), une civilisation pan-galactique plutôt anarchiste, où on vit et meurt un peu à sa convenance, sous l'oeil bienveillant des Mentaux, des intelligences artificielles cyclopéennes.Qu je vous explique.Au sein de cette civilisation, il est possible de passer sa vie à ... je ne sais pas moi, honorer la mémoire des soldats d'une guerre oubliée, ou devenir un champion de jeux divers et variés. Il est également possible de se mettre, de manière informelle, bien sûr, au service de la Culture et de son "bras armé" (bien que les choses ne soient clairement pas aussi simples que ça : il n'y a pas réellement d'organisation forte, et on peut y entrer et en sortir à son bon vouloir ... ou presque, tant qu'on est citoyen de la Culture). Ce bras armé s'appelle Circonstances spéciales, et est "un service" dépendant de Contact, la "division" de la Culture s'occupant du contact avec les autres civilisations. Je mets des guillemets partout, parce qu'à chaque fois, les choses sont loin d'être aussi simplistes que des concepts identifiables. on est plutôt là dans une sorte de flou artistique.Donc, Circonstances spéciales existe à peu prés, et s'occupe plus ou moins de diplomatie et des choses moins transparentes y afférant. C'est un ensemble d'individus auto-organisés et motivés pour dépendre les intérêts de cette Culture qu'ils aiment. Chaque individu de La Culture pourrait en fait faire partie de ces Circonstances Spéciales, sans que ses connaissances en soient au courant.Je trouve la ressemblance entre ce groupe et les Anonymous plus que saisissante : bien qu'on n'ait pas à notre disposition de drones, on a déjà des mouvements populaires (ou presque) mettant en oeuvre des moyens de combat informatique digne d'états souverains (et utilisés .... récemment).Tout ça pour quoi ?Eh bien pour deux choses 1. Plus que jamais, il est clair que la science-fiction est la meilleure littérature pour appréhender, socialement et techniquement, le monde contemporain. regardez autour de vous : vous avez un téléphone portable ? Le communicateur de Star Trek) n'est pas loin. Vous avez une prothèse auditive (genre un implant cochlçaire) ou même une prothèse de hanche (voire, comme c'est le cas de Jean-Michel Billaut, de membre - qu'il me pardonne si il n'a pas l'impression que je l'honore, c'est pourtant le cas) ? Vous aurez du mal à ne pas être l'incarnation la plus typique du cyborg. 2. Comprendre un mouvement comme Anonymous, en gardant les schémas d'organisation analogique, est impossible : c'est un groupe sans tête, à peu prés aussi perméable qu'un blob, ou qu'une moussaka géante. Typiquement, je vois mal un service d'espionnage quelconque infiltrer Anonymous, sachant que ça n'est en fait que des gens qui discutent sur un forum ...Quand je vous disais que Wikileaks était sur la lèvre d'une déferlante qui va nous retomber dessus ...En fait, la seule chose qui peut sauver le monde analogique maintenant, ce serait la fin immédiate de la civilisation occidentale qu'on connaît : plus de pétrole (pour se déplacer, et produire nos gadgets en plastique), plus de communications gratuites, bien sûr, plus d'internet. Bon, évidement, sans ça, la civilisation centralisée tombera aussitôt, mais c'est le prix à payer pour tuer le progrès. Cela dit, ça a déjà été évoqué dans d'innombrables romans et nouvelles de SF. Et croyez-moi, maintenir le statu quo, ça n'est pas vraiment facile ... (voir par exemple la nouvelle Toucher le Ciel#R.C3.A9sum.C3.A9), dans Kirinyaga)