Lé, tout de suite, je devrais vous parler de choses intéressantes. Au lieu de ça, je vais vous parler de ma vie.

Il s'avère que dans ma vie, outre un tas d'autres choses, je suis un gros lecteur. Enfin, je crois. En effet, comme le montre Goodreads, je lis chaque année plus de vingt livres (ce qui apparemment suffit). Et en nombre de pages, c'est encore pire, puisque l'année dernière, par exemple, pour les lectures que j'ai recensées (parce qu'il y en a que j'oublie, comme Voiles et Voiliers, par exemple, ou tout ce que je lis sur le web), on arrive à une moyenne de 62 pages par jour.

C'est évidement un loisir couteux. Il y a cependant une solution simple pour diminuer ce coût : prendre une carte de bibliothèque et y emprunter les livres plutôt que de les acheter. C'est parfois un peu frustrant pour moi, car en plus de lire un bon paquet de livres chaque année, j'en relis, parfois des années plus tard. Et ça, évidement, dans une bibliothèque, c'est moins facile.

Cela dit, on peut avoir du choix. Pas à Hellemmes, hélas, où le rayon qui m'intéresse est plus petit que ma bibliothèque personnelle. Heureusement pour moi, Hellemmes est une commune associée de Lille (un choix que j'ai toujours trouvé malin : le quart des impôts locaux, tous les avantages !). Et comme Lomme, de l'autre coté de Lille, est également commune associée, et qu'il semblerait qu'une forme de transitivité existe, les habitants d'Hellemmes ont accès aux services de Lomme de la même manière que ceux de Lomme. En l'occurrence, j'ai accès à la médiathèque de Lomme. Et lé, c'est autre chose. D'abord, le fond d'ouvrages est incomparablement plus riche. Ensuite, elle dispose d'un site web me permettant de consulter le catalogue et, éventuellement, de réserver des ouvrages. En l'occurrence, je pourrais réserver Mascarade Silésienne, parce que bon, c'est sur ma pile théorique, et il n'est pas en rayon actuellement.

Mais, en fait, ce n'est pas cet ouvrage qui m'a poussé à écrire ce billet aujourd'hui.

Non.

C'est un ouvrage qui m'a été recommandé il y a bien longtemps, quand j'étais encore élève ingénieur, par mon prof d'intelligence artificielle, dont j'avais malheureusement oublié le nom (ne me jetez pas la pierre, ça remonte quand même à dix ans). Il s'agit donc évidement d'un bouquin assez intellectuel. Très, même, puisqu'il s'agit de Godél, Escher et Bach, les brins d'une guirlande éternelle. Et même s'il est assez épais, je l'ai évidement emprunté. Et je crois bien que j'en reparlerai ...