Je ne devrais pas le dire, mais avec le temps, je commence à éprouver une certain fascination pour les fictions politiques, qu'elles soient françaises ou pas, d'ailleurs. Commander in chief, Les hommes de l'ombre), ou surtout Borgen, c'est le genre de choses qui commencent à me plaire. Je ne parle pas de films ici, parce que ça fait bien longtemps que le cinéma a abandonné le terrain de l'intelligence.

Bref ...

Des trois séries sumentionnées, j'avais trouvé Commander in chief un peu trop caricatural (les états-uniens sont toujours incroyablement fiers de mettre des trompettes et du patriotisme militaire dans chaque épisode), et les hommes de l'ombre malheureusement focalisé sur la conquête du pouvoir. Or, comme le dit justement la citation ouvrant le dernier épisode de la semaine dernière,

Nous avons gagné et la victoire nous a menés en enfer.

C'est à mon avis tout le sel de la vie politique : les vraies emmerdes, les sérieuses, les insurmontables, commencent une fois l'élection gagnée. Quelle ne fut pas d'ailleurs ma surprise de constater que cet épisode (comme tous les autres en fait, mais celui-là était vraiment parfait dans le timing) faisait écho avec une précision si incroyable à la vie politique française : la série met en scène la fin politique du dernier prolétaire, quand notre UMP implose d'une façon bien indigne. Et dans les deux cas, le débat s'abaisse inexorablement dans la fange la plus basse.

Je trouve tout cela remarquable. D'autant plus d'ailleurs que le Danemark comme la France son censés être des démocraties, donc des états dans lesquels le pouvoir est donné à certains citoyens de façon démocratique, ce qui est encore plus vrai quand, en tant que parti, on tente d'organiser des élections internes.

Cela dit, je préfère encore regarder les danois s'écharper. Parce que là, au moins, les scénariste savent ménager des rebondissements intelligents.