Authors

A man broken in body and spirit, Cazaril has returned to the noble household he once served as page, and is named, to his great surprise, secretary-tutor to the beautiful, strong-willed sister of the impetuous boy who is next in line to rule. It is as assignment Cazaril dreads, for it must ultimately lead him to the place he most fears: the royal court of Cardegoss, where the powerful enemies who once placed him in chains now occupy lofty positions. but it is more than the traitorous intrigues of villains that threaten Cazaril and the Royesse Iselle here, for a sinister curse hangs like a sword over the entire blighted House of Chalion and all who stand in their circle. And only by employing the darkest, most forbidden of magics can Cazaril hope to protect his royal charge -- an act that will mark the loyal, damaged servant as a tool of the miraculous ... and trap him, flesh and soul, in a maze of demonic paradox, damnation, and death.

Series

Review

Ce roman nous raconte les aventures de Cazaril, ancien commandant devenu presque accidentellement le précepteur et secrétaire de l’héritière du trône, et qui va devoir donner de sa personne pour la survie du royaume. Il s’agit, dans la production usuelle de Fantasy, d’un roman plutôt atypique. En effet, le héros n’est ni un jeune prince cherchant l’aventure, ni un guerrier conquérant le monde grâce à son habileté proverbiale au combat, mais un vieux précepteur ayant déja souffert de bien des infortunes de l’existence. Par ailleurs, il n’existe dans ce roman que très peu de magie, et souvent assez dangereuse. Enfin, si une prophétie est mentionnée, elle est bien trop difficle à comprendre pour le commun des mortels (contrairement à d’autres qui sont d’une clarté révélatrice). Bref, de nombreux points désormais traditionnels sont absents. Pourtant, essentiellement grâce aux compétences d’écrivain de l’auteur, j’ai dévoré ce bouquin en deux jours. Car pour le coup, toutes les recettes du page-turner sont mises en oeuvre : très peu de temps morts, une écriture accrocheuse, bref, on ne s’ennuie pas.

Cependant, comme à chaque fois que ce genre de recette est utilisé, la lecture donne après coup une impression de creux : tout ça pour ça. C’est d’autant plus dommage que le thème choisi est intéressant.

En effet, très peu de romans choisissent de s’intéressert à ces éminences grises, préférant la facilité de la vie du chef incontesté. ici, notre héros louvoie, bien aidé par quelques miracles, dans une cour qui lui en veut manifestement. C’est d’autant plus intéressant que les subtilités des intrigues ne le sont pas tant que ça, et qu’on peut donc facilement voir arriver les embrouilles (même si certaines sont assez surprenantes). Un autre point m’a accroché l’esprit dans ce roman, c’est la prétendue sainteté de Cazaril. En effet, il m’a fallu attendre presque la fin pour constater qu’effectivement, cette sainteté était autre chose qu’une hallucination. Et je me demande même si, dans l’intérêt du récit et de sa progression dramatique, il n’aurait pas mieux valu que tout ça ne soit qu’un rêve (ou un cauchemar). D’un autre côté, il n’y aurait pas eu de happy end, et, sans que ce soit impossible, j’imagine que c’est un peu trop dur pour l’auteur. L’un dans l’autre, sans être un pur chef d’oeuvre, il s’agit là d’un roman assez agréable et atypique. Suffisement, en tout cas, pour que j’aie été bien content de le dévorer.