Authors

One of the most exciting new science fiction writers of the new millennium, Paul McAuley has already won the Arthur C. Clarke Award, the Philip K. Dick Award, and the John W. Campbell Award. Now he presents a disturbingly convincing exploration of the future of Africa, the darker applications of biotechnology, and of the very nature of the human psyche.

The Congo, roughly thirty years from now. Plague, civil war, and rampant genetic engineering have spawned widespread chaos and devastation throughout Africa. Nicholas Hyde is investigating a reported massacre in a remote corner of the Congo when his team is attacked by a band of fierce apelike creatures, possibly the result of illegal genetic experimentation on chimpanzees. Nick survives the encounter, only to discover himself at the center of a massive cover-up.

Obligate, the supposedly eco-friendly transnational that now controls the Congo, denies the existence of the "white devils," and will stop at nothing to suppress all evidence to the contrary. Although Nick has secrets of his own to conceal, he becomes determined to uncover the origin of the mysterious creatures---and why certain individuals will kill to bury the truth.

But even the atrocities he has already witnessed cannot prepare him for the terrifying secret of the white devils.

Review

ce roman est assez intriguant.

D'abord, parce qu'il place le lecteur de SF que je suis dans un environement inhabituel : l'Afrique du milieu du XXIème siècle.

Ensuite parce qu'il traite de thèmes somme toute communs en les prenant "à l'envers".

Et enfin parce qu'il utilise une construction tout à fait typique du roman d'aventure/action.

Mais reprenons du début.

Notre héros s'appelle Nicholas Hyde, il est quasi-légiste, chargé de donner un nom et une mémoire aux innombrables victimes d'un quelconque génocide africain (attention, je ne dis pas ça de manière péjorative, c'est juste le ressenti qu'à le héros de son travail) quand il est victime avec ses collègues d'une attaque étrange, qui va peu à peu le faire tomber dans un complot plutôt étrange. Et si j'en dis plus, je dépasserai les spoilers admissibles ... que je me sens autorisé à lancer à partir de maintenant.

Comme je le disais en ouverture, l'oeuvre dans laquelle on plonge est assez intriguante. Une partie de cet aspect provient de la construction même du roman : Nick va se mettre à la recherche de la vérité dans une Afrique où elle est beaucoup plus variable que dans notre vieille Europe. Et bien, sûr, l'un des jeux de l'auteur avec son lecteur sera d'essayer de le perdre dans les circonvolutions de ce complot plutôt mal fagotté visant à masquer quelques traces. Ca n'est pas forcément la chose la plus intéressante dans cette histoire.

Ce qui m'a beaucoup plus intéressé, c'est le questionnement constant sur les limites de ce qu'est un humain. Entre Nick lui-même dont on apprend la nature avec beaucoup de retard (mais peu de surprise pour moi, justement à cause de mon historique de lecteur de SF), les aimables et les diables blancs, la question dans ce roman n'est pas de savoir jusqu'où va l'humain dans l'avenir, mais à partir de quel moment on est humain. Je m'explique : ces diables blancs et ces aimab les sont tous les deux des espèces mutant à partir d'êtres humains, mais mutant dans le but de remonter l'arbre de notre évolution. Ainsi, ils essayent initiallement de se rapprocher des australopithèques. Mais sont-ils encore humains ? C'est à mon avis à cette question que ce roman tente de répondre.

Hélas, le succès n'est pas forcément au rendez-vous, car dans le même temps l'auteur essaye de dresser un portrait réaliste de l'Afrique, ce qui nuit malheureusement aux visées scientifiques de cet ouvrage.

Je dois dire que cet aspect, ainsi que l'écriture assez froide de l'auteur, m'ont conduit à une lecture prudente, au ralenti (comme sur une piste de brousse) de ce roman épais et complexe. Non pas qu'il soit mauvais. Je le trouve même intéressant, en un sens, mais d'un abord très ardu.

Bref, un livre à réserver aux amateurs avertis.