Authors

L'impératrice douairière d'Eta Ceta vient de mourir. Miles et son cousin Ivan se rendent a Cetaganda, capitale de l'empire ennemi. Pour assister aux funérailles. Mission strictement diplomatique : pas question de se lancer dans une de ces aventures insensées dont miles est coutumier ! Facile à dire... Pas encore débarqués de leur capsule spatiale, ils sont attaques par un étrange vieillard. Apres une brève bagarre, l'individu s'enfuit, mais Miles et Ivan ont pu s'emparer d'un objet bizarre, une sorte de bâton. Une clé électronique ? En fait de bâton, c'est de la dynamite qu'ils détiennent sans le savoir. Bientôt Miles découvre qu'un complot se trame contre Barrayar et décide d'enquêter. Mission " diplomatique " ? A d'autres !

Series

Review

Dans cette histoire, Miles est envoyé avec son cousin Ivan chez les Cetagandans pour assister à un enterrement. Simplement parce qu'ils sont Barrayarans, ils vont se retrouver plongés dans un complot visant à modifier profondément l'équilibre des pouvoirs au sein de l'empire Cetagandan, ennemi de longue date de Barrayar.

Il y a beaucoup de finesse dans ce complot interne Cetagandan. Et beaucoup de finesse aussi dans la façon que Miles va être obligé d'utiliser pour démêler les noeuds de cette intrigue et innocenter Barrayar. Mais bon, au bout du cinquième ou sixième tome des aventures du gnome, je commence à savoir que l'auteur est particulièrement à l'aise avec des intrigues alambiquées (et celle-là l'est particulièrement).

En fait, je trouve que l'intérêt de ce tome est ailleurs. En effet, pour l'instant, on a surtout vu Miles se balader sur Barrayar, ou dans des stations spatiales. Et ce roman le met aux prises avec un empire cherchant sciemment à s'éloigner de l'humanité, de toutes les manières possibles. C'est le cas des Ghems, mais c'est surtout le cas des Hauts, qui semblent tous être parfaits.

Heureusement pour Miles le contrefait, la perfection physique n'est qu'une façade dans ce cas. Et du coup, tous ces Hauts si prétentieux redeviennent plus humains.

Et d'un seul coup, tout ce complexe échafaudage ne redevient qu'un banal complot pour devenir calife à la place du calife, ce que Miles voit très bien d'ailleurs. Et heureusement, car ça nous permet de démystifier un peu cette civilisation prétendument supérieure.

Et du coup, ce roman perd ses flamboyants habits pour n'être qu'une simple enquête policière (certes dans un milieu incroyablement fastueux). Ce qui ne m'empêche pas de le recommander à tous les fans de Miles.