Authors

Series

Review

Cette fois-ci, c'est la fin.

Tous quittent la scène, et tous partent les pieds devant. Il se dégage de tout ça la même sensation que face à toutes les versions d'Arthur : on sent bien qu'un âge se termine, on sent aussi que rien ne viendra remplacer cet âge de grandeur. On sent enfin qu'il y a dans cette nostalgie un peu de grandguignol, car rien ne vaut le présent ... enfin, à mon avis.

Et puis Merdrawt apparaît trop comme un traître face à tous ces héros formidables, mais usés.

Du coup, sans souffle, ce récit tourne complètement à vide.